Il s'assit par terre, sur un rocher en forme de fauteuil, ferma les yeux et redonna à la planète l'image de la femme de pierre endormie. Il lui murmura un poème à la lueur éternelle des étoiles. Alors elle se réveilla et lui sourit. Sa chevelure volait au vent. Elle frissonna. Il lui fit don d'une parure végétale qu'elle caressa avant de s'en revêtir, et se mit à entonner une mélopée, le chant de la vie. Quatre fois les couleurs de son manteau changèrent, quatre fois le timbre de sa voix changea. Le cycle était bouclé. Elle déposa un baiser sur ses lèvres, il ouvrit les yeux, heureux d'entendre le concert des mouettes.

 

Le fantôme applaudissait, riait, dansait, leurs regards se croisèrent, il s'immobilisa.

« Tu dois maintenant me révéler ton identité. »

« En effet, je te l'ai promis. »

 

Ils s'observèrent durant quelques instants, immobiles comme des statues. Les nuages noirs accouraient, le vent commença à souffler. La pluie, la tempête n'allait plus tarder, l'orage couvait. Un éclair zébra le ciel, première colère de Shilin, prélude à la vie.

Le fantôme écarte les bras. Un Samouraï et un Ninja naissent des lambeaux de sa tunique et se matérialisent à ses côtés. Leur accoutrement, leur attitude, leur regard est un autre souvenir surgi d'un autre passé, peut-être un autre rêve enfoui dans un autre sommeil.

« Voilà ! Nous sommes à égalité. Je pense que le Samouraï aimerait juger de ta maîtrise dans l'Art du katana. Qu'en penses-tu ? »

« Je n'ai pas envie de me battre. »

« Pas envie de te battre ? Il ne s'agit pas de cela, et je ne t'ai pas demandé ton avis ! As-tu envie de mourir ? »

« A quoi ce combat doit-il servir ? »

« A tout ou à rien. »

 

Le Samouraï avance d'un pas. En appui sur ses deux jambes, il fait un déplacement circulaire. Ses pas ne touchent pas le sol. Une danse silencieuse commence autour d'un feu imaginaire. L'image lui plait. L'horizon se restreint soudainement à la zone éclairée par le brasier. Leurs yeux brillent à la lueur des flammes, les cendres forment un voile qui les sépare. Soudain un éclair frappe le sol et fait voler en éclat l'amas de braises. De concert ils ont bondi pour éviter le coup porté, et paré l'attaque. Chacun contre-attaque, les lames s'entrechoquent, acier contre acier. Roulement de tonnerre, attaques, parades, contre-attaques et esquives se succèdent en un ballet mortel, sur un terrain dominant la mer. La tempête fait rage, rafales de vent, pluie averse, la foudre menace, nul ne sent soucie, acteur d'un spectacle son et lumière.

Le Ninja a bougé, un geste vif, le reflet d'un éclair sur une étoile de métal. Il lève son arme pour éviter le coup du Samouraï et se protéger le visage, le shuriken vient se planter dans le bras. Son cri est couvert par le tonnerre, mais son agresseur a compris sa grimace et cesse le combat. Une bourrasque balaye le sommet de la falaise et pousse les nuages un peu plus loin.

Les quatre hommes se font face. Le Samouraï a rengainé son arme, le Ninja cache son bras blessé par une arme que nul n'a lancé et toise l'homme qu'il a touché. Le fantôme est maintenant revêtu d'un ensemble gris-bleu. Une cape est posée sur ses épaules. Il porte ses mains à la capuche rabattue sur sa tête et découvre enfin son visage. Il parle d'une voix calme.

 

Je suis ta naissance et ta mort

Je suis ton rêve et ma fin

Je suis ton fantôme

Je suis ton conteur

Tu es mon énergie

Tu es mon âme

Je suis ton présent

A jamais


Il lève les yeux et contemple la beauté de Shilin sous un ciel bleu azur. Les rayons du soleil réchauffent son corps à travers sa combinaison noire et argent. Il essuie la sueur qui perle sur son visage. Peu importe le temps qui passe.





09/01/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 11 autres membres