La communication intergalactique faisait l'objet d'une étude approfondie financée par l'état ; des unités de recherches, pour la plupart des opérations militaires, avaient pour mission de s'approprier l'intelligence extraterrestre depuis l'aube des temps. Ces dernières décennies, l'état avait allié la science et la technologie à sa quête, adoptant le nec plus ultra, bâtissant un empire révolutionnaire dont SETHI, vaste programme, était le sommet de l'iceberg.

Jonah Jones travaillait à Roswell, au Nouveau-Mexique, en étroite collaboration par satellite avec les archéologues péruviens de Nazca. L'étude des géoglyphes était son domaine de prédilection, une activité qu'il menait à plein temps comme il portait le chapeau de la médecine conventionnelle légué par son père.

Tant qu'il oeuvrait dans l'ombre, il avait carte blanche. Ainsi planait le doute sur les géoglyphes de Nazca, porteurs d'un message dont le sens et l'origine devaient demeurer un mystère.

 

L'éminent docteur Jones avait transmit à son fils Jonah son amour des sciences humaines et son dévouement aux autres, bien que Jonah fut dès son plus jeune âge attiré par le royaume des cieux, l'univers infini des astres et des lettres. Le plafond de sa chambre était recouvert d'une fresque géante représentant la carte du ciel. Ainsi Jonah avait-il l'impression de s'endormir tous les soirs à la belle étoile. Plus tard à son tour son fils Jonathan Jim connaîtra la même passion et la carte du ciel par coeur… Il est des passions si fortes qu'on les croirait incrustées dans les gènes…

Depuis sa plus tendre enfance, Jonah collectionnait les cartes postales et les bandes-dessinées, et avait passé sa jeunesse en ermite, plongé dans ses romans et ses bouquins de poésie, avant d'entamer une carrière littéraire. Ancien prof de latin, Jonah était un passionné d'histoire ancienne et d'archéologie. Il avait étudié l'hébreu, les hiéroglyphes, la kabbale et le sanscrit, pour enfin se consacrer à la communication extraterrestre. Intimement persuadé que nous ne sommes pas seuls dans l'univers, il avait toujours privilégié les mondes mythiques et légendaires, le pays des fées, le royaume des esprits, les civilisations extraterrestres et autres chimères, au détriment de ses semblables d'un monde qui l'incombait. Il avait besoin de nourriture spirituelle, il avait soif de savoir et de connaissances. Jonah était un visionnaire, un idéaliste, face de marbre et fière allure, d'une élégance nonchalente, il avait une grandeur d'âme qui faisait de lui un être à part, imprévisible et insaisissable pour le commun des mortels, un défi à l'humanité, un marginal intelligent et raffiné, qui du haut de ses cinquante trois ans avait su garder la lueur sacrée qui sommeille en chacun de nous.

Youri avait une profonde admiration pour lui, une compassion quasi fraternelle, contrairement à Quartz qui n'hésitait pas à manifester une certaine amertume à son égard. Jonah était bel homme, brillant, charismatique et dévoué. Un travail passionnant, une femme adorable et trois merveilleux enfants, il avait tout pour être heureux.

Pourtant Jonah était sombre, froid et distant, on eut dit que tous les malheurs du monde reposaient sur ses épaules. Le paradoxe de sa personnalité pourtant était simple, bien que subtil. Son acidité apparente reflétait en réalité une grande sensibilité. Révolté de nature, Jonah voulait changer la face du monde, en faire un monde meilleur…. À quoi bon… les hommes sont bêtes et méchants… inconscients de la portée de leurs actes et de leurs pensées.. s'ils savaient… "pardonnez-leur car ils ne savent pas ce qu'ils font"…. S'ils savaient…. S'ils connaissaient la vérité alors peut-être… non les hommes sont stupides et cruels, ils ont baillonné leur âme d'enfant, ils l'ont assassinée, ils sont perdus, déphasés, aveugles et sourds, maladroits, lourds…. Bas de plafond, si petits dans leur petit monde, tellement grands dans leur monstruosité… et tellement malheureux dans ce monde fous... Mais s'ils savaient… s'ils connaissaient la vérité, alors peut-être…

Jonah secoua tristement la tête. A se plier à la déontologie gouvernementale ou se rebeller contre l'ignorance forcée de l'opinion publique ? C'était bien plus qu'une question d'honneur. Son choix ne faisait pas l'ombre d'un doute…


"…. Révéler mon savoir pour que la lumière soit, serait un grand pas pour l'humanité…"

"J'ai déjà entendu ça quelque part", souffla Youri. La voix de Quartz s'éleva tonitruante.

"Pour qui tu te prends ? Le bon dieu ? le grand messie ? le prophète Jonas ?..."

"Demande plutôt ça au grand manitou." répondit Jonah adressant un regard à Youri. "Crois-tu vraiment que les spacelanders soient l'avenir du monde ?... Quant à savoir qui je suis, ou plus exactement ce que je sais, les COM n'hésiteront pas une seconde à m'égorger si je parle. Et ça je n'y tiens pas vraiment."

"Tiens donc, tu ne mourrais pas pour nous. Dommage…" souffla Quartz.

"De plus ce que je sais ne s'apprend pas. Je te rappelle Quartz que l'évolution ne tient pas à un cours scolaire, il n'y a ni maître ni disciple, et encore moins de bon dieu tout-puissant à vénérer, rien que par définition ça tient de l'humain borné, ou désespéré, mais ça c'est encore autre chose. La liberté pourtant est si naturelle… La foi ne s'apprend pas, on l'a ou on l'a pas. Même si parfois on peut la trouver, ou la perdre. Nous ne sommes pas seuls dans l'univers c'est évident, et je ne parle pas des petits hommes verts ou gris, encore une interprétation des choses définies selon la nature humaine en l'état actuel. Les mentalités évoluent mais dans quel sens et pour quelles fins ? La vérité est là pourtant depuis toujours…" Jonah soupira, excédé, comme s'il se retenait de parler tournant comme un fauve en cage dans l'expression de ses pensées qu'il ne pouvait pas libérer. "Si je deviens le guide de l'humanité je ne ferai que reproduire l'éternel schéma de la hiérarchie qui mène le monde à sa perte !..." A nouveau il se remit à faire les cent pas comme parmi les milliers de gens se disant fin prêts, agglutinés dans le sas d'entrée, cherchant le ticket d'accès à la vérité… "Je ne peux pas être le guide, personne ne le peux. Tout au plus un guide peut montrer la voie mais il ne peut l'ouvrir que pour lui même. C'est évident, enfantin, intrinsèque, nous sommes des milliers à l'annoncer, il suffit simplement de vivre les choses, en faire l'expérience et la faire sienne et être la transformation..."

"Le savoir est ce qu'il reste quand on a tout oublié…"

"Exactement. Mais je ne crois pas que le monde soit prêt. Tant que la lourdeur du pouvoir, du sexe et de l'argent asserviront le monde, tant que les gens répondront aux concepts de haut, de bas, de bien et de mal..." Jonah soupira. "L'homme semble destiné à échouer… Il ne sait pas reconnaitre les signes, il ne sait pas ressentir les choses, il ne veut pas croire en la réalité, il est sa propre prison ! Par conséquent il ne peut pas évoluer vers une nouvelle dimension, combien savent ouvrir les portes de la perception, savez-vous la part dérisoire du cerveau qui est généralement utilisée ?..."

"Arrête Jonah… je comprends ton amertume." soupira Youri. "L'évolution tient à si peu de choses, si précieuse et tellement fragile..." Mais Jonah reprit.

"J'avais un ami qui disait que tout ce que l'on peut décider est quoi faire du temps qui nous est imparti. Le passage est inaccessible au temps, il est, il existe, immuable. Mais pour l'humanité le temps est compté. Et qui ne prendra pas le passage à temps simplement mourra. Voilà ce à quoi tient l'évolution."

"Qu'est ce que tu racontes ?" souffla Quartz. Jonah leva les yeux au ciel mais ce fut Youri qui parla.

"L'histoire de la science, ou comment l'effort conjugué des meilleurs parmi les meilleurs, au cours des années de labeur, s'essouffle peu à peu comme s'envole l'espoir du sacro-saint progrès, et alors que plus personne n'y croit plus, le saint-esprit frappe de sa baguette magique comme la chasse d'eau sur la tête d'Einstein, trente six chandelles plus tard et le génie d'un seul homme transforme l'avenir de nations entières…"

"Chpouf !... En mieux peut-être ?" coupa Quartz.

"L'ombre du meilleur est le pire, les deux côtés d'une même pièce, pile et face sont liés." affirma Youri.

"Tu as donc appris ta leçon par coeur c'est bien…" coupa Quartz

"A sauver le monde au péril de sa vie…" coupa Youri

"Voire de milliers d'autres…" coupa Quartz

"Des mots tout ça," coupa Jonah, "même si vous avez l'art de détourner la conversation. Je ne suis pas un héros. Je suis un chercheur, un rêveur, oui j'ai la tête dans les étoiles, mais j'ai aussi les pieds sur terre, et si je marchais sur l'eau je coulerai à pic. Vous pouvez jeter vos scénari aux oubliettes et y mettre une croix dessus. Jamais je ne parlerai, un point c'est tout. Messieurs…"

Jonah salua les deux hommes et quitta la pièce. Youri croisa les mains sous son menton.

"Qui ne tente rien n'a rien !" lança Quartz.

"Je ne tenterai pas le diable !..." résonna la voix de Jonah comme s'éloignait le bruit de ses pas.

 

Youri méditait sur la bouteille d'eau minérale posée sur un napperon métallisé au centre de la table. Etait-elle à moitié vide ou à moitié pleine ? Quartz la saisit et en but une gorgée, puis la reposa à sa place. Youri porta son regard sur le visage émacié que lui renvoyait la table lustrée. Il parla d'une voix calme.

"Tant que tu as les cartes en main…"

"Est-il l'allié ?" coupa Quartz. "Est-il l'allié ou l'ennemi ?"

Youri le foudroya du regard. "Il agit en âme et conscience. Sois tranquille il sait ce qu'il fait."

"Justement il en sait trop, et toi pas assez. Sais-tu seulement qui tu as pris sous ton aile ? Il trahira ta confiance, crois-moi…"

"Suffit !" cingla Youri, "tu ne sais pas de quoi tu parles !" Sa voix s'étrangla. "Tu ne peux pas comprendre…"





25/10/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 11 autres membres