LA TOUR DE PIERRE

 

Lore chevaucha au grand galop jusqu'au matin, et s'arrêta à l'entrée d'une caverne. Les clameurs de la bataille s'élevaient depuis la capitale. Plongé dans les ténèbres il actionna un mécanisme, l'ouverture d'un passage. La moindre aspérité des lieux était gravée dans sa mémoire, il en respira les souvenirs. Son cheval hennit comme il refermait le lourd panneau de pierre en un écho sourd. Il alluma une torche qui s'offrait invisible sur un présentoir rocheux et s'engagea dans un dédale de couloirs.

La traversée du labyrinthe lui sembla une éternité, deux longues heures de réflexion, moult interrogations sur ce qui l'attendait à la sortie. Enfin il grimpa les dernières marches jusqu'au point culminant du réseau de galeries et sortit à l'air libre, plissant les yeux face à la lumière vive du jour. Il était au sommet de la tour septentrionale, dominant la mer. Il respira à pleins poumons, embrassant l'horizon d'un regard. En contrebas de la falaise, les combats faisaient rage. Un vieil homme s'avança, silencieux, vêtu d'une robe bleu ciel, ses longs cheveux blancs flottaient au vent.

« Maître, vous ici ? Où sont les autres ? Où est Seyur ? »

« Avec Llema et Alpha, ils ont rejoint le navire qui vous attends sur la côte. Le passage n'attend plus que toi pour être scellé. »

« Et vous-même ? »

« Je dois rester. De sombres augures sont annoncées. Je n'en connais pas exactement moi-même la teneur. Juste une anomalie dans la disposition des étoiles. »

« Maître, où est mon père ? »

Le vieillard soupira et contempla la mer. « Il suit son destin, en quête du secret qui hante votre lignée depuis la nuit des temps. Va, ne t'occupes pas encore de cela », dit-il en se tournant vers Lore. « Cours rejoindre les autres. Alpha a besoin de toi. »

« Non », coupa Lore à mi-voix. « Pas encore. Je tiens à savoir qui se cache derrière ce complot. »

« Jeune inconscient », souffla le vieillard. « Crois-tu donc pouvoir sauver le royaume ? Tes ennemis sont bien plus puissants que toi. A commencer par ton propre égo. Laisse faire le temps. Il t'aidera à conquérir ce trône, qui te revient de droit. Pour l'heure Alpha a besoin de toi bien plus que ce vulgaire palais de pierres. Cesse donc tes enfantillages et va la retrouver. »

Lore détourna son regard s'arrachant à l'emprise du vieux sage et pivota sur lui-même. « Dites à Alpha de ne pas s'inquiéter », souffla t-il en disparaissant du chemin de ronde. Il entendit une voix murmurer à la folie pure, sa fougueuse insouciance.

 

Une bourrasque surnaturelle le cloua sur place comme il descendait les marches de la tour.

« Si tu tiens tant à envoyer un message à Alpha, pourquoi n'y vas-tu pas toi-même ? »

« Père ! Vous étiez là ? »

« Il fallait que je te vois avant de partir. Je me retire du palais. Inutile de me demander où je vais, tu sais bien que je ne répondrai pas », dit-il d'une voix ferme et douce. Lore fronça les sourcils, plongeant les yeux dans le regard intense de l'homme robuste et droit qui le toisait. « Hum, toujours aussi têtu. Mon fils l'heure est grave. Le royaume est menacé, et plus grand péril encore est notre passé, qu'il te faudra découvrir, et assumer. Notre avenir en dépend. » Le roi Kreeves prit une profonde inspiration, sans quitter Lore des yeux, et poursuivit. « Le temps est venu pour toi de prendre en main la destinée de Shilin. Bientôt tu connaitras ce besoin héréditaire et impérieux d'affronter cette histoire, qui est la nôtre, et dont nous tissons les trames au fil des générations. N'oublies jamais que pour cela tu dois vivre, j'entends par là certes sauver ta peau, mais c'est de ton âme dont je veux parler, ton âme mon fils, veille à son intégrité, à la garder belle et à la protéger. » Le roi effleura les cheveux du prince. « Tu ne comprends peut-être pas encore, tu comprendras bien assez tôt. Lore, je t'en conjure, pour la dernière fois, abandonne tes illuminations et prend le droit chemin. » Sa voix devint plus sombre. « Car si dans ta quête tu venais à échouer, il te faudra périr pour ne pas mourir... Je t'aime… »

 

Un courant d'air balaya la dernière syllabe et le théâtre de leur rencontre. Et Lore fut seul. Les défenseurs du palais firent irruption et s'agenouillèrent. Le commandant de la garde annonça d'une voix précipitée :

« Sire, nous ne pouvons les contenir plus longtemps, ils seront là d'un instant à l'autre, sauvez-vous mon prince… »

« Non. Prends ce médaillon, il vous guidera jusqu'au navire qui vous conduira en lieu sûr. A votre arrivée, donnes-le à l'archimage. »

Dans leur regard il lut la désapprobation mais nul n'osa contester l'ordre. Lore les accompagna jusqu'au passage secret qu'il verrouilla derrière eux. Il se sentait prêt à affronter seul une armée de guerriers et de magiciens. Debout face à la mer, la tempête approchait, répondant à sa colère. Il se nourrissait de son énergie.

 

Les premiers assaillants accourraient, avalant les marches du grand escalier qui les menaient au prince déchu. Lore imaginait des bêtes sauvages fondant sur leur proie. Des nuages noirs, poussés par un vent terrible, couvraient maintenant le ciel. Il leva les bras en quête de la foudre.

Une série d'éclairs zébra le ciel, convergeant vers celui qui les invoquait de la puissance de sa colère. Son corps se mit à briller. Le groupe d'hommes s'arrêta. Les plus proches n'étaient plus qu'à quelques pas. L'un d'eux cria, quelques uns se ruèrent. Et la tempête se déchaîna, sourde et violente, s'abattit sur leur tête et leur esprit. A ces impudents les mains de Lore distribuèrent la mort. Fétus de paille, pacotilles, trente et un soldats périrent en un instant, foudroyés, consumés par un feu électrique. Les rescapés dévalèrent les escaliers, terrorisés, une voix s'éleva au-dessus de la tourmente. « Tu n'écoutes donc plus mes paroles ? Fuis tant que tu le peux encore, pense au moins à Alpha ! » Les rugissements de la mer emportèrent la fin du message. Lore se pencha par dessus les créneaux. Au loin un bateau disparaissait déjà au milieu des vagues. Les bruits de la bataille semblaient si futiles face à la force des éléments déchaînés… « Ainsi le jeune prince n'est qu'un fou prétentieux. » Les présences dans son dos ne l'émurent pas. Il ne prit pas la peine de répondre. Il n'était plus là.

 

 

POUSSIERE D'ETOILE

 

Son sceptre de pouvoir luisait entre ses mains à chacune de ses sollicitations. Lore revoyait le visage de l'ermite qui le lui avait donné et lui envoyait sa dernière prière par delà l'espace qui les séparait.

Dans le noir insondable seules restent les beautés flamboyantes des étoiles par milliers suspendues, soumises à des forces invisibles. Sur la scène de ce théâtre grandiose se joue un combat titanesque entre deux magiciens. Des heures, des jours et des nuits durant la traque se poursuit, impitoyable, en tout point de l'univers. Lore se sait talonné, son sceptre le brûle, surchauffé par une dépense d'énergie continue pour échapper à son traqueur, la fatigue pèse lourdement, devient intenable, et nul encouragement ne peut l'atténuer. A peine un lieu apparaît-il qu'aussitôt il disparaît, le temps d'un battement de paupière. L'affront est vain. La fuite est le seul moyen de survivre. Mais pour combien de temps encore…

 

Au hasard des dédales cosmiques une planète apparaît, auréolée d'un halo de pensée. Ici la vie a entamé son siège. Lore se retourne, conscient d'avoir été rattrapé. Son sceptre vole en éclats, désintégré par une attaque imparable. Sa réponse est faible. Il la regarde se disperser dans l'espace. Son agresseur sourit. Quelque chose brille dans ses mains, signe d'une fin proche. Hallali doit être le mot, le dernier. Il ferme les yeux pour mieux supporter la douleur et sent son corps se désagréger. Une explosion lumineuse et muette, un nuage d'étincelles qui se dispersent, des photons nagent au gré des courants cosmiques. Il n'est plus. Il n'est plus qu'esprit libre répondant à sa seule volonté.

 

     Au royaume des songes

     Le dormeur s'éveille

     Levant le voile étoilé

     Ses yeux embrassent l'infini

     Les lambeaux du passé, les trames de l'avenir

     Les horizons présents déroulent leur tapis nacré

 

 

 



12/02/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 11 autres membres